skip to main content

Le Congo et l’huile de palme. Un siècle. Un cycle ?

Henri Nicolaï

Belgeo, 01 December 2013, Vol.4 [Periódico revisado por pares]

Texto completo disponível

Citações Citado por
  • Título:
    Le Congo et l’huile de palme. Un siècle. Un cycle ?
  • Autor: Henri Nicolaï
  • Assuntos: Congo (Drc) ; Palm Oil ; Structuring Spatial Effects of Palm Oil Production ; Impact of Decolonization ; Artisanal Production ; Land Monopolization ; Geography
  • É parte de: Belgeo, 01 December 2013, Vol.4
  • Descrição: L’huile de palme a été emblématique du Congo colonial : un produit obtenu par des compagnies européennes à partir de fruits cueillis par des villageois africains le plus souvent dans des palmeraies naturelles. Aliment traditionnel des populations congolaises, cette huile ne devient un grand produit d’exportation qu’avec l’installation du savonnier anglais Lever qui obtient en 1911 de vastes concessions dans la partie centrale du pays. À sa suite, de nombreuses sociétés de plus petite taille, belges ou portugaises, obtiennent un monopole d’achat des fruits dans des zones d’huilerie.Cette production, avec ses usines, ses équipements sociaux, médicaux et scolaires et ses réseaux de transport, a structuré certains territoires et amorcé parfois, comme dans le cas du district du Kwilu, une véritable construction régionale.Le système huilier comportait cependant une face noire : contraintes dans les procédures de recrutement de la main-d’œuvre contribuant à déclencher des mouvements de réaction populaire (révolte des Pende en 1931), attribution de vastes concessions engendrant des litiges fonciers, absence de toute participation africaine à la gestion des entreprises, blocage de l’évolution de l’agriculture villageoise. Bien que le Congo fût devenu, dans la décennie cinquante, le premier exportateur africain d’huile de palme et le deuxième exportateur mondial, le système huilier n’avait pas enclenché un véritable processus de développement.La deuxième partie de l’article étudie la dégradation du système avec la décolonisation : abandon de la plupart des huileries et des grandes plantations, départ des grandes sociétés, récupération partielle par des entrepreneurs locaux, désarticulation des structures et des équipements. Les exportations huilières ont cessé à la fin du siècle dernier. La production industrielle ne suffit plus à l’alimentation des savonneries. Par contre, un système artisanal d’extraction de l’huile dans les villages assure la plus grande part des besoins urbains.La troisième partie s’interroge sur les perspectives d’avenir : amélioration de la production artisanale ; reprise éventuelle de la production agro-industrielle, à la faveur d’un accroissement de la demande mondiale, avec l’arrivée de nouveaux investisseurs (notamment asiatiques) et de nouveaux usages pour l’huile, notamment comme biocarburant. Mais aussi craintes devant la destruction des forêts et les menaces d’accaparement des terres par des compagnies étrangères.
  • Idioma: Inglês

Buscando em bases de dados remotas. Favor aguardar.